Golf de Chiberta


Voir


Bardenas Reales de Navarre

Depuis 2004, je me rends dans les Bardenas Reales de Navarra de façon régulière. Ce territoire, situé à environ 80km au Sud Est de Pampelune, au coeur de la grande dépression de l'Ebre, est vraiment surprenant. Ce que l'on peut y admirer, c'est ce qui reste d'un immense dépôt alluvionaire après des milions d'années d'érosion. Grandes falaises, cheminées de fée, canyons plus ou moins encaissés, steppes salines, bad-lands. Des paysages qui ne sont pas sans rappeler le Sud de l'Utah. Cependant, parce que le sol est principalement composé de marne, la zone est extrèmement érosive et fragile. Ici les orages façonnent le paysage. Un canyon visité en juillet peut très bien avoir disparu en septembre. Malgré le climat hostile qui y règne, l'homme, par l'agriculture ou le pastoralisme, a su trouver sa place dans ce milieu semi-désertique. Des sites datant de l'age de fer ont étés mis à jour. La Junta de las Bardenas, l'organisme qui gère le territoire, travaille à une meilleure protection du site.


Voir


(h)ÊTRE(s) du Pays Basque

En de rares occasions, la Nature profite du développement de l'activité humaine. C'est le cas de la forêt d'Irati, en Pays Basque français. Surexploitée du milieu du 19° siècle à la fin des années 1950, ce n'est qu'avec son désenclavement, en 1964, que la forêt d'Irati a vu sa situation s'améliorer: une meilleure accessibilité a permis a la fois de mettre fin à la technique des coupes rases, et de maintenir l'activité sylvo-pastorale, si importante au Pays Basque intérieur. La gestion raisonnée mise en place depuis, respectueuse de l'environement, a donné un second souffle à la forêt. On trouve aujourd'hui au Pays Basque certaines des plus grandes forêts de feuillus d'Europe. Ces zones sont, que ce soit sur le versant espagnol ou du côté français, dominées par le hêtre, arbre magnifique qui peut vivre plus de 250 ans et atteindre 40 mètres de hauteur. Le hêtre a une force, une présence à laquelle il est difficile de rester indifférent, et les forêts qu'il forme sont des lieux vraiment à part où il fait bon venir se perdre.


Voir


Fjallabak, Islande

En islandais, "fjallabak" signifie "le chemin derrière les montagnes". Qu'y a-t-il le long de ce chemin? Pas mal de choses, en fait: volcans, glaciers, sources d'eau chaude, fumeroles, champs d'obsidienne, rivières glaciaires, dunes de sable noir, champs de lave, champs de mousse et de lichens, montagnes de rhyolites... C'est l'endroit le plus incroyable que j'aie jamais vu. Mais c'est un endroit difficile. Difficile par le climat changeant qui y règne, difficile parce-qu'on ne sait pas par où commencer, ni où donner de la tête. En Islande, la Nature est en train de jouer avec un gigantesque puzzle dont de nouvelles pièces apparaissent chaque jour. C'est cet apparent chaos qui fascine, qui donne envie d'y retourner, histoire d'essayer, encore une fois, de mieux comprendre ce qui s'y passe.


Voir


Italies

Il y a quelque chose en Italie, et dans les villes italiennes en particulier, qui me touche profondément. Et depuis mon premier voyage dans ce pays, à 5 ans, avec mes parents, j' en garde des images dans un coin de la tête. Ce sont ces images que j'essaie de recréer avec cette série. Elles tentent de retranscrire ce sens profond d'équilibre et d'harmonie qui transparait dans ces places, rues, canaux ou sites historiques, aussi bruyants et encombrés soient-ils par moments.


Voir


Engerdal: dans la forêt, sur les lacs.

Hedmark : l’un des comtés les moins peuplés de Norvège. Engerdal : le district le moins peuplé du Hedmark. 2196 km2, 1460 habitants. Moins de 1% de sa surface est cultivée ou habitée. Un tiers est constitué de forêts de production, tout le reste est sauvage. Peu de districts, en Norvège, ont autant de parcs nationaux ou de réserves naturelles. Si vous êtes curieux de découvrir ces paysages nordiques, entre taïga et toundra, si austères de prime abord et pourtant si riches en surprises dès que l’on y regarde de plus près, l'Engerdal est pour vous. Caractérisé par de vieilles montagnes et de vastes plateaux rabotés par des glaciers disparus, de puissantes rivières creusant de profondes vallées, des lacs innombrables ou des forêts d’épicéas, de pins et de bouleaux littéralement envoutantes, l’Engerdal est un territoire magnifiquement préservé qui invite à l’aventure.


Voir


A la pêche

La pêche? "Beaucoup pêchent toute leur vie sans savoir que ce ne sont pas les poissons qu’ils recherchent" (H.D. Thoreau). La pêche peut être bonne sans que l'on n'attrape rien, et comme l'a écrit John Gierach, "la pêche à la mouche est une activité solitaire, contemplative, misanthrope, scientifique chez certains, poétique chez d'autres, où se mêlent des considérations esthétiques contradictoires. Il n'est même pas sûr que le fait d'attraper du poisson en soit le but premier". Ce qui est sûr, c'est que j'en ai besoin.


Voir


Peupliers


Voir


Ici et là


Voir

English Version | Versión española
jerome.borda@waysofnature.com
    ©2011 Jérome BORDA. All Rights Reserved.